A-Z Index

COP27 : Jouer collectif pour lutter contre les changements climatiques

A Berlin, alors que l’Europe est victime d’une nouvelle vague de chaleur, des représentants des Etats du monde entier discutent climat, dans le cadre des « Dialogues de Petersberg », en amont de la prochaine conférence pour le climat, COP27, qui se déroulera en Egypte.

Depuis 2010, ces « Dialogues de Petersberg », initiés par l’Allemagne, sont un cadre de rencontre, moins formel que les COP, pour faciliter la communication entre les décideurs mondiaux.

« Ce qui me trouble le plus, c’est que, face à cette crise mondiale, nous ne parvenons pas à travailler ensemble en tant que communauté multilatérale », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message vidéo.

« Les Etats continuent à se renvoyer la balle au lieu d’assumer la responsabilité de notre avenir collectif. Nous devons démontrer à la COP27 qu’une révolution des énergies renouvelables est en marche », a indiqué le chef de l’ONU.

Financements toujours insuffisants

Une quarantaine de pays sont représentés à Berlin pour ce « Dialogue », avec pour but de renforcer la confiance à la fois dans les négociations multilatérales sur le climat qu’entre les Etats eux-mêmes.

Les discussions portent sur les principaux accords de protection du climat et la préparation de la Conférence mondiale sur le climat COP27 à Sharm El Sheikh, en Egypte (7-18 novembre 2022).

Outre les plus grands émetteurs de CO2 tels que les Etats-Unis, la Chine et l’Inde, des Etats insulaires fortement touchés par la montée des eaux, comme les Îles Marshall, sont aussi à la table des négociations

Au-delà de la réduction et l’adaptation des émissions, l’ordre du jour comprend également une demande de longue date des Etats particulièrement touchés par la crise climatique : un soutien financier pour faire face aux dommages et pertes engendrés par le changement climatique.

Initialement, les pays industrialisés avaient promis aux pays moins avancés 100 milliards de dollars US par an d’ici 2020 pour financer des projets climatiques. L’objectif n’est pas atteint et les pays du Sud entendent rappeler les pays industrialisés à leur promesse.

Dépendance persistante aux énergies fossiles

Ce 13ème Dialogue de Petersberg sur le Climat vise également à réduire la dépendance aux énergies fossiles et à aider les pays les plus pauvres à se tourner vers des sources d’énergies durables afin de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C degrés.

Le Secrétaire général des Nations Unies a mis en garde contre le relâchement des ambitions en matière de protection du climat : « Les concentrations de gaz à effet de serre, l’élévation du niveau de la mer et la chaleur des océans ont battu de nouveaux records. La moitié de l’humanité se trouve dans des zones à risque en ce qui concerne les inondations, sécheresses, tempêtes extrêmes et incendies de forêt. Pourtant, nous continuons à alimenter notre dépendance aux énergies fossiles ».

Les perspectives de solutions novatrices et largement soutenues semblent plus minces que jamais cette année. La guerre en Ukraine et ses répercussions mondiales mobilisent toute l’attention, et montrent combien la transition énergétique et l’énorme dépendance au gaz russe sont liées.

Désormais, la lutte contre le réchauffement climatique a besoin d’un nouveau plan.

Plus d’informations :

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,251SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime